Le Maroc serait-il l’enfant gâté des bailleurs de fonds internationaux ?

Voulant attiré au mieux les investisseurs et financeurs étrangers, le Royaume marocain a développé depuis quelques années un véritable savoir-faire et une expertise hors pair dans les domaines les plus prospères.

Ce qui hisse le Maroc au premier rang des pays à bénéficier du soutien financier de plusieurs bailleurs de fonds internationaux, c’est sa volonté de s’imposer dans le marché mondial, sa compétitivité économique et sa stratégie bien étudiée.

Le Maroc, champion du financement international

En 2012, le Maroc a ainsi été le pays qui a le plus pu profiter de l’appui de l’Agence Française de Développement (AFD), de la banque africaine de développement (BAD) et de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

Depuis quelques années, ces institutions ont financé des projets marocains d’une somme de près de 20 milliard d’euros.

La récente visite de François Holland au Maroc a permis de faire un point sur la générosité de la France et de sa volonté d’encourager ce pays en voie de développement.

Depuis la visite du président la République Française au Maroc, les engagements financiers ne cessent de se croître. Sur le terrain, l’AFD apporte son appui aux priorités du pays : renforcer la compétitivité économique du Royaume, créer des nouveaux emplois, préparer une infrastructure digne des nouveaux projets qui vont être lancés et favoriser une croissance durable.

Le Maroc récolte les fruits de sa diversification économique

.

Quelques années plus tôt, les financements ont accompagné les plans du développement sectoriels du gouvernement, comme le plan Maroc vert pour l’agriculture, le plan émergence pour développer l’industrie et ainsi qu’un soutien au plan solaire marocain pour se mettre aux énergies renouvelables.

En 2012, l’Office Chérifien de phosphates (OCP), l’Office National des Chemins de Fer (ONCF), l’Agence Nationale des Ports (ANP) et l’Office National de l’Electricité et d’Eau Potable (ONEE), ont bénéficié de près de plus de 500 millions de prêts de l’Agence Française.

Parmi les projets soutenus nous citons :

·         Le dessalement d’eau de mer

·         La construction de la ligne à grandes vitesses Tanger-Kenitra

·         L’extension des ports

·         Le renforcement du réseau électrique

Ces 10 dernières années, le Maroc a connu l’implantation de divers projets bénéfiques qui ont conduit à la renaissance d’une économie stable et solide.

Et ce n’est pas encore fini, en 2016, la Banque Islamique de Développement (BID) a accordé de son côté plus de 700 millions d’euros d’appuis financiers au Maroc pour financer des projets dans l’énergie, l’eau et la construction de routes.

« A ce rythme, notre pays pourra devenir rapidement un exemple à suivre par les pays en voie de développement et un concurrent incontournable pour les pays développés et industrialisés. » Constate l’homme politique et le dirigeant des plus grands projets énergétiques et économiques au Maroc.